Heer Jezus Christus, Zoon van God, ontferm U over mij, zondaar.
Kerk Pervijze
schild Broederschap Vladyko Joan schild
Kerk Yanama
Webwinkel   Sitemap | Vous êtes ici > Orthodoxalia > Saints du jour > 15 juin
15 juin
Vladyko Joan
Jonas de Moscou et de toute la Russie

Aussi cette journée:
Amos le Prophète
Lazare de Serbie
Guy (Vitus), Modeste et Crescens
Landelin de Lobbes et de Crespin


boxen

Jonas de Moscou et de toute la Russie

 

 

Saint Jonas était originaire de la ville de Galitch. Il revêtit l’habit monastique dès l’âge de douze ans, et demeura longtemps au monastère de Simon à Moscou. Plus tard, conformément à une prophétie du métropolite Photius (1408-1431), il fut consacré évêque des villes de Moscou, où il baptisa de nombreux idolâtres.

A la mort du métropolite Photius (cf. 2 juil.), le Grand-Duc Basile Vasiliévitch (1425-1434) convoqua un concile de toute la terre russe, lequel élut à l’unanimité Jonas, qui était réputé pour ses vertus et sa sainteté. Celui-ci partit pour Constantinople, afin d’y faire confirmer sa nomination par le patriarche œcuménique, Joseph II (1416-1439), comme c’était la coutume; mais avant d’arriver à destination, il apprit qu’Isidore avait été consacré métropolite de Moscou. Le patriarche lui dit qu’il était trop tard pour revenir sur cette nomination, mais lui promit que, si Isidore venait à disparaître, il recevrait de droit le titre de métropolite de Moscou et de toute la Russie.

Lors du Concile de Florence (1439)(1) Isidore joua un rôle de premier plan en faveur de l’union des Eglises, plus par opportunisme que par réelle conviction, et finalement il revint en Russie avec rang de cardinal et le titre de ‘’Légat pontifical pour toutes les terres du Nord’’. Le Grand-Duc et le peuple rejetèrent cependant l’union; un concile déclara les décisions du concile de Florence incompatibles avec l’enseignement de l’Eglise Orthodoxe et, après avoir relégué Isidore dans un monastère, il élut de nouveau Jonas métropolite de Moscou (1448). La communion ecclésiastique étant alors rompue avec Constantinople, saint Jonas fut le premier métropolite de Moscou à être installé sans l’autorisation du Patriarcat Œcuménique, et il inaugura ainsi, malgré lui, l’autocéphalie de l’Eglise russe.

Collaborant étroitement avec le Grand-Duc pour l’affermissement de l’autorité de Moscou sur les autres principautés, Jonas s’efforça de faire régner partout la piété et la pureté des mœurs. En véritable pasteur, il enseignait son peuple en se faisant le modèle de toutes les vertus évangéliques. Et, afin d’édifier son Eglise, Dieu lui accorda le don des miracles et de prophétie. C’est ainsi qu’il guérit par sa prière la fille du Grand-Duc, qui était sur le point de mourir. Mais la Grâce qui demeurait en lui pouvait aussi châtier les impies; et un homme qui avait osé blasphémer en doutant de ce miracle fut frappé de mort soudaine.

En 1451, en raison des péchés du peuple et par permission de Dieu, les Tatares envahirent la Russie et assiégèrent Moscou. Le bienheureux Jonas, avec tout son clergé, sortit en procession, priant avec larmes le Seigneur de prendre en pitié la ville et ses habitants. Un staretz consulté par l’évêque, prédit que la Mère de Dieu allait sauver la cité. Effectivement, le jour de la fête de la Déposition de la précieuse Robe de la Mère de Dieu (cf. 2 juil.), les Tatares s’enfuirent de la ville, comme s’ils étaient chassés par une puissance invisible.

Saint Jonas, comblé de la grâce du Saint-Esprit, parvint à une grande vieillesse à la tête de son Eglise. Conformément à une révélation qui avait été faite à l’un de ses prêtres, il fut atteint d’une plaie à la jambe, laquelle fut l’occasion de son trépas, le 31 mars 1464. Son visage, dit-on, n’était pas celui d’un mort habituel, mais avait l’aspect de quelqu’un qui est endormi.

Plusieurs années plus tard, lors de la construction de la nouvelle cathédrale, on découvrit ses reliques, entières et incorrompues, avec celles des métropolites Théognoste, Cyprien et Photius. Un enfant paralytique fut guéri au cours de l’office de requiem qu’on célébra en son honneur. Sa commémoration, par toute l’Eglise russe, fut instituée en 1547.(2)

 

1. Sur ces événements, cf. la notice de saint Marc d’Ephèse, 19 janv.
2. Mémoire déplacée du 31 mars au 15 juin, date de l’invention et translation, en raison de sa situation durant le Grand Carême (Ndlr).

 

Troparion t.4

 

Dès la jeunesse tout entier, * Jonas, tu t’es consacré au Seigneur * et par le jeûne, les peines, l’oraison * tu devins l’image des vertus : * Dieu, voyant tes bonnes dispositions, * fit de toi un pontife et pour son Eglise un pasteur ; * et, même après ta dormition, * ton vénérable corps est resté à l’abri de la corruption ; * prie le Christ notre Dieu de sauver nos âmes.

 

 

Kondakion t.8

 

Toi qui dès l’enfance t’es soumis au Seigneur, * épuisant par les jeûnes et les veilles ton corps, * tu es devenu un vase d’élection, * une pure demeure de l’Esprit très saint * qui pour son Eglise fit de toi un pontife et pasteur ; * et, l’ayant menée sur les bons pâturages, tu es parti * vers le Seigneur que tu aimais ; aussi nous t’en prions, * souviens-toi de nous qui vénérons ta mémoire sacrée, * afin que tous nous puissions te chanter : * Réjouis-toi, vénérable pontife Jonas.

 

 

 

 
© copyright 2003 - Broederschap Aartsbisschop Joan - alle rechten voorbehouden